Fed Finance dans Les Echos: "L'audit et l'expertise-comptable en mal de candidats"

Posté par Fed Finance dans Actualités emploi finance
Le 24/10/2018
Fed Finance dans Les Echos:  "L'audit et l'expertise-comptable en mal de candidats"
Cet article publié dans Les Echos Executive du 19 octobre reprend quelques-uns des enseignements de l'étude Fed Finance consacrée à l'emploi dans les métiers de l'audit et de l'expertise comptable.  

Cet article publié dans Les Echos Executive du 19 octobre reprend quelques-uns des enseignements de l'étude Fed Finance consacrée à l'emploi dans les métiers de l'audit et de l'expertise comptable.  

Retrouvez cet article en cliquant ici : 

https://business.lesechos.fr/directions-financieres/metier-et-carriere/profils/0302428494082-l-audit-et-l-expertise-comptable-en-mal-de-candidats-324290.php

____________________________________________________________________________________________

Tendance : Malgré un marché dynamique, 97 % des structures éprouvent des difficultés à recruter les profils dont elles ont besoin.

Les candidats et les recruteurs s'accordent au moins sur un point : le marché de l'emploi dans les métiers de l'audit, du conseil et de l'expertise-comptable bénéficie d'une conjoncture on ne peut plus favorable. Selon une étude « 360° » du cabinet de recrutement Fed Finance - que « Les Echos Executives » s'est procurée en exclusivité -, 83 % des 897 candidats interrogés et 72 % des 69 associés sondés jugent leur marché dynamique, voire très dynamique pour 24 % et 46 % d'entre eux.

Pourtant, 97 % des structures font état de difficultés à attirer les candidats dont ils ont besoin. « Les cabinets qui recrutent se plaignent principalement du nombre trop faible de candidatures reçues (67 %), mais aussi d'un manque de technicité et de maîtrise des logiciels (61 %) », précise l'étude. Un associé sur deux (52 %) déplore également le manque de motivation ou de savoir-être des candidats et un sur trois estime que leurs prétentions salariales sont trop élevées.

Travail de fidélisation

En matière de recrutement, les deux parties ne semblent pas tout à fait sur la même longueur d'onde. Quand les candidats privilégient la rémunération (76 %), la situation géographique (65 %) et l'ambiance de travail (52 %) pour choisir un cabinet, les recruteurs pensent qu'ils se focalisent, en premier lieu, sur l'état d'esprit de la structure (71 %), puis sur l'organisation du travail (59 %), et enfin sur la localisation et le salaire (42 %).  Or « pour convaincre les candidats, c'est bien la rémunération qui reste le facteur numéro un, et c'est sur cet aspect que les cabinets doivent faire un effort », note Fed Finance.

Des divergences du même ordre se remarquent en matière de fidélisation des collaborateurs. Pour justifier leur envie de rester au sein d'un cabinet, ces derniers mettent en avant la bonne ambiance de travail (75 %), la reconnaissance de la hiérarchie (59 %) et l'évolution de la rémunération fixe (55 %), alors que les associés pensent que ce qui fidélise leurs salariés sont, à égalité parfaite, les valeurs et la culture du cabinet ainsi que la bonne ambiance (60 %), puis la qualité des dossiers traités (52 %) qui n'est pourtant citée que par… 34 % des candidats interrogés. 

« Avis aux managers : pour fidéliser vos équipes, concentrez vos efforts sur les augmentations de salaire, les signes de reconnaissance et l'ambiance au travail », avertit l'étude. Les voilà prévenus. "

Source : https://business.lesechos.fr/directions-financieres/metier-et-carriere/profils/0302428494082-l-audit-et-l-expertise-comptable-en-mal-de-candidats-324290.php



Les commentaires
Encore aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
Poster votre commentaire