Etude Finance de marché & Private equity 2022 - Comment attirer et retenir les professionnels de la conformité et du contrôle interne ?

Posté par Fed Finance dans Études / Baromètres emploi finance
Le 11/07/2022
Etude Finance de marché & Private equity 2022 - Comment attirer et retenir les professionnels de la conformité et du contrôle interne ?
Dans un contexte confirmé de reprise, le recrutement dans les métiers de la conformité et du contrôle interne reste très tendu. Les entreprises doivent redoubler d’efforts pour attirer et retenir les talents. Rémunération et conditions de travail, l’équipe Fed Finance - Finance de marché et Private equity - a interrogé, entre avril et juin 2022, 136 candidats, experts en conformité et contrôle interne. Pour 57 % des répondants, le marché de l’emploi est plutôt dynamique ! Très recherchés par les entreprises, comment sont-ils sollicités sur le marché ? Pourquoi restent-ils fidèles ou non à l’entreprise ? Que pensent-ils de leur rémunération ? 


Télécharger l'étude complète



61 % des candidats ont reçu entre 2 et 5 offres d’emploi

64 % de notre panel a répondu être favorable à une mobilité professionnelle. Une envie de changement suite à la crise sanitaire ?  Peut-être. En tout cas, c’est parmi les collaborateurs plus jeunes (1 à 3 ans d’expérience) que ce souhait est le plus fort (78 %).

D’ailleurs, au cours des 6 derniers mois, près de 60 % des répondants ont passé des entretiens de recrutement et 53 % ont suivi entre 2 et 5 processus d’embauche. Lors de leur dernier changement de poste, ils sont 61 % à avoir reçu entre 2 et 5 propositions d’emploi.


« Clairement les entreprises sont en recherche de talents en matière de conformité et de contrôle interne.  La réglementation bancaire, qui évolue régulièrement, crée de nombreuses échéances (Bale 3, ESG…) et directives à appliquer, qui nécessitent une expertise pointue » explique Karine FAVREAU, directrice associée, Fed Finance – Finance de Marché & Private equity.

L’étude nous apprend que pour leur recherche d’emploi, les candidats ont recours en premier lieu aux cabinets de recrutement / intérim (24 %), puis aux réseaux sociaux (23 %). Ils répondent aux offres sur les sites Internet des entreprises (18 %) ou sur les jobboards (13 %). 


La rémunération avant tout

La rémunération est le premier critère qui incite les pro­fessionnels à rester au sein de leur entreprise (citée par 68 % d’entre eux) ; et ce quel que soit le nombre d’années d’expérience des répon­dants.

C’est aussi le critère principal qui fait la différence entre 2 propositions d’embauche (critère cité par 78 % d’entre eux).


Pourtant, 1 répondant sur 2 estime sa rémunération inférieure à ses attentes. Cette perception augmente chez les candidats évoluant dans le secteur de la banque privée / société de gestion privée puisqu’ils sont 78 % à considérer leur rémunération inférieure à leur profil. C’est chez les experts de la banque de finance­ment et d’investissement que l’on trouve la part la plus importante de satisfaction : 15 % d’entre eux la jugent supérieure à leur profil.

59 % des répondants déclarent avoir reçu un bonus cette année. Pour plus de la moitié des répondants (54 %), il a été supérieur à celui de 2021. 


Des professionnels en quête de sens ? 

Pour rester dans l’entreprise ou pour choisir entre deux postes, l’intérêt du poste semble peser lourd dans la balance puisqu’il arrive en 2e position des critères. L’ambiance de travail est importante pour rester fidèle à l’entreprise (37 % - 3e critère) ; tandis que ce sont les perspectives d’évolution (26 % - 3e critère) qui décideront à choisir un poste plutôt qu’un autre. 

Les candidats souhaitent un poste dans lequel ils peuvent s’épanouir, avec des missions qui les challengent. Ils ont envie d’évoluer et de prendre des responsabilités tout au long de leur parcours professionnel. En bref, ils cherchent du sens dans ce qu’ils font. 


Télécharger l'étude complète



Les commentaires
Encore aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
Poster votre commentaire