DAF et DAH : une collaboration pour de meilleures performances

Posté par Fed Finance dans Conseils recherche d'emploi
Le 12/06/2014
DAF et DAH : une collaboration pour de meilleures performances
Une enquête récemment menée par Ernst & Young prouve qu’un lien fort existe entre le rendement d’une entreprise et l ...

Une enquête récemment menée par Ernst & Young prouve qu’un lien fort existe entre le rendement d’une entreprise et le travail d’équipe entre les DAF et les DRH. Plus cette collaboration est étroite, plus leur entreprise affiche de bons résultats, une meilleure croissance ainsi qu’un engagement et une productivité plus élevés de la part des employés.

Les compétences des employés, leurs connaissances et leurs capacités sont un facteur clé de la croissance et des performances d’une entreprise. Parallèlement, les employés représentent le poste de dépense le plus important ; le capital humain représente en effet près de 70% des charges totales d’exploitation.

Si les biens matériels ont toujours été gérés par les DAF (Directeurs Administratifs et Financiers), la gestion des employés est plus complexe à prévoir et à contrôler. Le DAF alloue les ressources nécessaires à la stratégie de l’entreprise et tend à considérer le capital humain comme un coût. De son côté, le DRH (Directeur des Ressources Humaines) se charge de placer les bonnes personnes aux bons postes, au bon moment, avec le soutien et les rémunérations adéquats. Il voit le capital humain comme un actif, dans lequel il est nécessaire d’investir.

Ces différents points de vue entre les ressources humaines et la finance ont progressivement creusé une faille, que peu d’entreprises réussissent à combler. Selon l’enquête dirigée par Ernst & Young cependant, au cours des trois dernières années, cette fêlure a diminué grâce à un travail d’équipe entre les DAF et les DRH.

En effet, parmi les directeurs financiers et les directeurs des ressources humaines interrogés par le cabinet d’audit financier, 80% rapportent que leur collaboration s’est intensifiée au cours des trois années précédentes. En cause, le coût élevé des talents qui se font par ailleurs de plus en plus rares, l’évolution de la stratégie ou encore le modèle d’exploitation, qui les ont amenés à accroître leurs partenariats.

Les entreprises performantes sont celles pour lesquelles la croissance de l’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) est supérieure à 10% dans la dernière année et où des améliorations notoires ont été apportées en matière de productivité et d’engagement des employés pendant les trois dernières années. Dans ces sociétés, Ernst & Young dégage quatre éléments liés à ce travail d’équipe entre DAF et DRH :

  • structure organisationnelle et modèle d’exploitation ;
  • planification stratégique et prise de décision ;
  • utilisation de l’analytique ;
  • mesure.

Il en ressort que les entreprises les plus performantes passent plus de temps sur la relation entre DAF et DRH et que ces entreprises confirment une meilleure intégration entre la finance et les ressources humaines, dans les processus, les équipes, les technologies et les systèmes.
Dans les entreprises performantes, les directeurs administratifs et financiers contribuent de manière plus poussée à la planification stratégique des effectifs. Ces sociétés mettent à profit l’analytique pour mieux comprendre leurs salariés, et elles proposent une approche plus rigoureuse pour identifier et suivre les indicateurs liés aux ressources humaines.


Les commentaires
Encore aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
Poster votre commentaire